Label "Village Beurré"

A l'instar du label "Village Fleuri", j'ai eu l'idée de créer le label "Village Beurré".

Rien à voir avec les petits gâteaux.

Ce label récompense les actions menées par les communes pour éradiquer l'alcoolisation sur la voie publique.

La démarche consiste à attribuer une série de canettes de bières qui correspondent à quatre niveaux identifiés par un référentiel d'évaluation.

Ces canettes de bierre sont apposées sur une signalétique spécifique représentée par un panneau à l'entrée de la commune.

yasoif

1 canette de bierre = consommation d'alcool sur la voie publique maitrisée.

4 canettes de bierre = consommation d'alcool sur la voie publique non maitrisée, la fête du slip.

Les modalités d'attribution et la sélection du jury est en cours.

Vous pouvez rejoindre le jury en postulant ici.

Une salle de shoot expérimentale à Chèvremont ?

super

Le 7avril 2015, l'Assemblée nationale a adopté l'article 9 du projet de loi sur la santé qui permet l'expérimentation des salles de consommation de drogue à moindre risque, communément appelées "salles de shoot".

L'expérimentation, très critiquée, pourra être testée pendant six ans maximum et sera d'abord proposée à Paris, Bordeaux et Strasbourg.

Pourquoi pas à Chèvremont ?

Chèvremont est ville inovante dans de multiples domaines !

On y expérimente, par exemple, depuis quelques années, l'alcoolisation en plein air.

Des bars en plein air sont organisés autour de l'Eglise dès que la température extérieure dépasse les 5°C.

L'ambiance "sortie de bar" sans les bars.

On y boit de l'alcool. On y fume du shit. On y brûle des voitures (pour le barbecue). On y traficote.

Un arrêté municipal (datant de l'époque d'Arrêtédemesfesses?) interdit cette pratique...mais les autorités ont d'autres chats (ou chien) à fouetter.

Un prochain article traitera de la chasse aux crottes de chien engagée par la mairie ;)

Chèvremont is so fun.

Chèvremont mérite sa salle de shoot expérimentale.

Le concours de tarot mensuel.

Le concours de tarot mensuel organisé par l'association "Mon village" aura lieu le 25 avril à la maison des associations.

Probablement une nouvelle occasion pour le propriétaire de ce quad...

quad

...d'enfreindre un article de l'arrêté municipal du 24 septembre 2008. Extrait :

extrait

Le plus dingue, c'est d'être obligé de signer un arrêté municipal pour réglementer une situation qui ne devrait faire appel qu'au bon sens et au "savoir vivre".

Il me semble d'ailleurs que certains adjoints participent à ces concours.

Qui est en mesure de faire respecter un arrêté municipal ?

A moins que cela soit encore un coup d'Arrêtédemesfesses !

Sortons les mouchoirs.

Ce matin, en lisant cet excellent journal qu’est l’Est Républicain, je suis tombé sur un article dans la rubrique « Faits, Méfaits » qui relatait la minute de silence organisée par l’école de Chèvremont :

images

Mais qui peut être ce méchant voisin qui excite son chien ?

Encore moi ?

Le journaliste s’est bien gardé de signaler que cet hommage était rendu après 16h15 alors que la minute nationale était organisée à 12h00.

Alors que des élèves du collège voisin rentraient du stade et que tout le monde vivait normalement.

Mon chien aboyait peut être car il était excité par l’activité ambiante du quartier.

Je ne l’ai pas entendu, j’avais dû mettre de la musique pour couvrir le bruit du quartier.

Je suis vraiment navré si mon chien a perturbé la tranquillité du voisinage.

Cependant, je ne me souviens pas avoir pleuré en lisant un article dans l’Est Républicain dicté par un de nos élus pour dénoncer les tags homophobes à répétition sur le mur de l’école.

Tags encore présents à ce jour.

images

Pourtant, Monsieur le Maire reconnaissait avoir pris connaissance de ces tags dans un email du 27 aout :

« D'un point de vue factuel, les inscriptions que vous évoquez et dont le contenu est inacceptable ont été effectuées dans la nuit du dimanche 23 au lundi 24 août, et non pas dans la nuit du 24 au 25 Août. »

C’était d’ailleurs la première fois que Monsieur le Maire me répondait !

« Si j'ai répondu à votre message, c'est pour me désolidariser complètement, ainsi que l'équipe municipale, des propos homophobes contenus sur ces graffitis et j'ai tenu à vous le faire savoir. »

Malgré cela, pas d’article dans l’Est Républicain et les tags sont toujours là.

Pourtant, son confrère de Pérouse, a bien fait part du choc qu’il avait subi, lui, suite à la découverte de tags d’extrême droite le 24 octobre sur les murs de sa commune. Lire l’article

Dans le même article, on avait le droit à un brun d’humour : « Dans un communiqué de presse, la préfecture « tient à rappeler que la lutte contre formes de haine, de violence ou discrimination est une préoccupation essentielle des pouvoirs publics, qui sont mobilisés pour éradiquer de tels comportements et promouvoir la citoyenneté. »

La blague.

Alors pourquoi pas d’article sur les tags homophobes ?

Pourquoi refuser à l’association CHOUGAYLAND (www.chougayland.com) le droit de se faire connaître dans une commune où l’homophobie est une spécialité ?

La dernière fois que j’avais pleuré en lisant l’Est Républicain, c’était d’ailleurs à la même époque. Lire l’article

Le même élu s’était répandu au sujet d’un attentat qui visait la rue de l’église.

Il doit y avoir des cycles.

17 mai 2015: journée mondiale de lutte contre l'homophobie.

Je ne vous cache pas que j'ai longtemps cru qu'il s'agissait d'une tradition locale (2 rappels à la loi).

Je profite donc de cette occasion pour vous présenter l'association locale qui a pour but de lutter contre toutes les discriminations ou violences à l'encontre d'individus ou de groupes en raison de leur orientation sexuelle.

Elle a pour nom : Chougayland.

Malgré plusieurs sollicitations auprès de Monsieur Le Maire afin de faire connaitre cette association, je n'ai jamais eu aucun retour .

Il est pourtant dans l'obligation d'aménager un espace réservé à l'affichage des associations sans but lucratif (article L581-13 du code de l'environnement).

Notez qu'il a fallu (ou phallus ?) attendre plusieurs mois avant de voir retiré un tag homophobe affiché à l'entrée de l'école.

sos

Apparemment, cela ne dérangeait pas non plus les représentants de l'éducation national.

Aujourd'hui, le mur est repeint, aux frais du contribuable.

Notez la similitude entre l'écriture du tag homophobe et l'écriture du gentil message (ancêtre du Tweet) déposé sur le pare-brise du véhicule de mon conjoint ce matin.

lesardechois

Toutes les informations sur www.chougayland.com

Quand l'entraineur de l'équipe de foot locale fait la promotion d'une association qui lutte contre l'homophobie.

Comme je l'écrivais dans un article précédent, j'ai vraiment des difficultés d'obtenir, auprès de la mairie, les modalités de publicité concernant l'association de lutte contre l'homophobie que j'ai crée et qui s'appelle Chougayland.

Heureusement, d'autres s'en chargent ;)

En occurrence, le célèbre entraineur de foot Frederic Sonet, sur sa page facebook (commentaire public).

Quelle belle surprise.

chougayland

Il nous avait déjà bien faire rire dans l'article de l'Est Républicain, dans lequel il se plaignait des activités amoureuses qui se déroulent près du stade.

Ceci écrit, les commentaires me surprennent.

C'est bien la preuve de la nécessité de créer cette association dans un village comme Chevremont et la preuve de l'acharnement dont nous sommes les victimes.

Surtout ceux de Michelle Pfeiffer...euh, excusez moi, Isabelle Pfeiffer (sa soeur jumelle....éloignée). Vous reconnaitrez aisément que la confusion est facile.

Isabelle Pfeiffer, c'est pas cette dame qui s'occupe du mini golf tous les ans et qui se balade en kangoo bleue ? Pour cette année, le mini golf, c'est mort d'après ce que j'ai lu.

Mon père, qui était arbitre de foot (gloups !) me disait : "Mais pourquoi tu ne te maries pas avec une femme ? T'iras voir des hommes à côté..."

Ca doit être une tradition dans ce milieu.

Au fait, vous savez que le PLU interdit toutes les facades composées d'un bardage en bois ? Il suffit de faire un tour dans la rue des jardins d'honorine pour constater que tout le monde n'applique pas cette règle.

S'il n'y avait que là !

Concours du village le plus homophobe.

Dans le cadre d'un concours qui pourrait être organisé dans toute la France afin de désigner le village le plus homophobe, il serait intéressant de connaître l'avis du jury et le nombre de points attribués à Chèvremont (90).

Le tag homophobe devient une spécialité locale, surtout sur le mur de l'école, là où se réunissent régulièrement des bandes de jeunes.

Malgré certaines affirmations d'élus, ces comportements n'ont pas l'air de déranger.

Les tags restent présents plusieurs mois.

A la vue de tous les élèves de l'école de Chèvremont.

A la vue, certes.

Mais savent ils au moins lire en sortant du CM2 ?

On peut se poser la question quand on sait qu'un élève sur 5 de 3ème n'a même pas un niveau de CM2, d'après une étude révélée par l'éducation nationale.

Mais, parait il, le harcèlement dont nous sommes victimes n'a rien à voir avec notre orientation sexuelle.

C'est juste parce que nous sommes des pénibles ou des connards.

Quand nous ne sommes pas des pervers qui promènent leur chien pour attirer les enfants autour de l'école !

Et quand un père de famille te dit "descend que j'te nique sale pd", il est "excusé" sous prétexte qu'il ne connaissait pas notre orientation sexuelle !

A quand le retour du bucher ?

Atelier mémoire (2)

Dans la suite de l'article que vous pouvez lire ci-dessous consacré à l'atelier mémoire, voici un nouvel exercice destiné à nos chers (affectueusement et financièrement) élus.

Quel objet, propriété de la municipalité, a disparu entre la photo n°1 et la photo n°2 ?

photo


photo

Et oui, il s'agissait du lampadaire.

Il est tombé suite à un coup de vent (après le choux, c'est la deuxième spécialité de Chèvremont).

Manifestement, nos élus ont oublié de le remplacer.

C'est vrai, qu'ils préfèrent donner de l'éclairage aux junkies qui viennent se saouler dans le quartier (sous le préau, parking de la chougalante).

Au fait, pendant qu'on parle d'éclairage, où en est la rétrocession de l'impasse de la mairie et son éclairage privé financé par nos impôts ?

Encore un oubli ?

Vive l'atelier mémoire !

Atelier mémoire.

Comme on l'apprend dans la presse locale (Edition de l'Est Républicain du 27 février 2016), lors des vacances scolaires de février, les enfants du centre de loisirs ont rendu visite à la dizaine de membres de l'atelier mémoire de Chèvremont.

Il serait peut-être souhaitable que nos chers (affectueusement et financièrement) élus en fassent de même.

On pourrait commencer par un exercice simple. Trouver la différence entre les deux photos suivantes :


photo

Une seule année s'est écoulée entre les 2 photos.

C'est facile.

Pas de crotte de chien.

photo

Un store vertical a été installé en façade.

Et alors ? Ben oui. Et alors ?

Cela ne nécessite pas de déposer une Déclaration Préalable de travaux ?

Aucune demande n'a été déposée.

Les élus n'ont pas dû se rendre compte de cette installation qui se trouve juste en face de la mairie !

Pourtant le syndic de cet immeuble, qui est accessoirement conseiller municipal, est bien informé de ces travaux autorisés par l’assemblée générale des copropriétaires de 2015.

Je vais finir par croire que dans cette commune les règlements ne s'appliquent vraiment pas à tous.

A moins qu'il ne s'agisse d'un simple oubli de la part de nos chers (affectueusement et financièrement) élus.

Vive l'atelier mémoire !